• Bien-être numérique

#Enconfinement : apprivoiser la routine

Mis à jour : juin 16

Sara-Ann Nadeau, 16 ans


À la suite de l’annonce d’une pandémie mondiale, je réalise qu’être confinée à la maison n’est pas une partie de plaisir. Ça peut sembler plaisant, mais à la longue on se rend vite compte que c’est plus difficile qu’on pensait. Pour ma part, quand j’ai appris que les écoles seraient fermées pour 2 semaines, je me suis sentie anxieuse en raison de la situation qui semblait prendre de l’ampleur. J’ai pris conscience que nous étions plus en sécurité à la maison, loin des microbes.


Après quelques semaines, je me suis aperçue que ce qui me manquait le plus était d’avoir une routine stable. Avant le confinement, j’avais l’habitude d’aller à l’école, de voir mes amies, de faire des activités et d’aller travailler. Comme la plupart des adolescents, je passais en moyenne 2 à 3 heures par jour sur mes appareils électroniques, incluant le temps utilisé pour mes travaux d’école.


Pendant la pandémie, la plupart des activités qui remplissaient habituellement mon quotidien m’ont été interdites. En conséquence, durant les premières semaines de confinement, je ne savais pas trop comment m’occuper. Je passais la plupart de mes journées accrochée à mes écrans à perdre mon temps sur Facebook, Messenger, Instagram et YouTube. Quel choc lorsque j’ai vu dans mes réglages que mon temps d’écran avait presque triplé : 6 heures par jour! 6 heures à errer sur les réseaux sociaux, tout simplement pour passer le temps. En sachant très bien que le lendemain matin je n’avais pas à me lever tôt, je regardais des séries Netflix jusqu’à très tard tous les soirs. J’avais de la difficulté à m’endormir et je me sentais souvent plus fatiguée en me levant le lendemain. Mes nuits étaient beaucoup moins récupératrices.


Vers la fin avril, j’ai appris que les écoles secondaires n’allaient pas recommencer avant septembre prochain et que j’allais commencer les cours en ligne. C’est à ce moment que j’ai décidé de me faire une petite routine pour que mes journées soient plus productives et qu’elles passent plus rapidement. Dans les jours qui ont suivi, j’ai réduit considérablement mon temps d’écran passé sur les réseaux sociaux pour être plus concentrée durant mes cours. Actuellement, j’utilise mon ordinateur portable 2 à 3 heures par jour pour faire des travaux scolaires et l’après-midi, je me suis mise à faire d’autres activités comme de la lecture, aller marcher, jouer à des jeux de société dans le but de passer un peu de temps déconnecté.


Maintenant que j’ai une petite routine, je me sens vraiment mieux. J’ai plus de motivation pour faire mes devoirs et je suis beaucoup moins anxieuse qu’au début de la crise. J’arrive plus facilement à me changer les idées et à penser à autre chose que la COVID-19.

Contactez-nous

  • Facebook
  • Instagram
  • LinkedIn

Liens rapides